Oui j’ai grossi, et alors ?

C’est un titre plutôt clair, et surtout une phrase que beaucoup d’entre nous ont dit ou on eu envie de dire plus d’une fois, non ?

Après une prise de poids aussi rapide qu’inattendue, me voilà prête à en parler après plus d’un an de tout et n’importe quoi.

Prends un café/thé/bière, j’ai été inspirée.

Que tu comprennes…

J’ai toujours été fine. J’ai fait du sport toute ma vie (tennis, basket, surf, rando etc.) ce qui m’a aidé à passer le cap de l’adolescence et des changements hormonaux haut la main. Etant aussi de nature très angoissée, avec de gros problèmes voire des phobies quant aux maladies touchant l’estomac telles que les gastro, grippes et autres maux de la vie, j’ai du coup aussi toujours eu un rapport compliqué à la nourriture et à la peur d’être malade.

Qu’on soit d’accord, je n’ai pas eu une relation parfaite non plus avec mon corps. J’ai eu des complexes comme tout le monde, des moments où me regarder dans la glace me rendait triste mais simplement ça n’a jamais concerné mon poids.

Le changement, c’est maintenant !

Début 2019. Je pars près de 2 mois aux Philippines et à Bali (petite chanceuse que je suis) et quand je rentre de mon périple, je m’installe avec mon mec dans un super appart, et je décroche un job de rêve mais très stressant.

Comme chaque retour de voyage, j’ai un moment physiquement down où je suis fatiguée, à fleur de peau, je perds mes cheveux et mon bronzage et je déprime un peu que l’aventure soit finie. Mais cette fois ci c’est assez doux car je suis aussi super heureuse et excitée de commencer l’aventure de lavie à deux et de mon nouveau dream job.

2 mois s’écoulent et je remarque des petits changements sur mon corps. J’ai des bourrelets sous les bras, je ne rentre plus dans mes shorts de l’an passé, et j’ai les cuisses qui se touchent. Mon visage semble aussi plus bouffi sur les photos. Je remarque tout ça assez rapidement puisque ces changement arrivent en même temps que l’été, les bikinis, les shorts et les journées piscine/plages…

Qu’on se le dise, je n’ai jamais eut de perte ou de prise de poids soudaines. J’ai toujours plus ou moins fait le même poids depuis mes 20 ans. Alors je sais que quelque chose se trame dans mon corps et que ce n’est pas juste une question d’alimentation. je décide de consulter pour demander un bilan sanguin et tombe sur le PIIIIIRE docteur ever qui m’explique que le trou dans la sécu c’est de ma faute, et qu’on ne prescrit pas de bilan sanguin comme ça, si il n’y a rien qui le justifie, que je suis fine et que quelques kilos en plus ça ne peut pas me faire de mal. OKAAAAAAAY…

J’ai quand même fini par trouver un autre docteur, qui a trouvé tout à fait normal de faire une prise de sang pour voir si allait bien mais qui effectivement pensait aussi que les kilos étaient simplement le résultat d’un stress du boulot accumulé aux plaisirs de l’été et peut être aussi à la trentaine approchant…

Alors premier conseil mesdames messieurs : C’EST VOTRE CORPS ET VOUS ETES LES MIEUX PLACE POUR SAVOIR QUAND QUELQUE CHOSE NE VA PAS. PRIER DE SUIVRE VOTRE INSTINCT.

Car une fois la prise de sang effectué, les résultats sont sans appel : je fait de l’hypothyroïdie. Et BAAAM. Alors aussi peu grave mais super chiant soit-il, j’étais tellement rassurée de savoir et de comprendre ce qui m’arrivait ! Ca se régule parfois tout seul, c’est mon cas et même si c’est à surveiller, c’est gérable.

Maintenant que je savais, le plus gros du travail commençait : qu’allais-je faire de ce « nouveau » corps ? Et comment j’allais gérer ces changements au travers de mon regard, et de celui des autres ?

Mon corps et les autres

Quand j’étais adolescente, j’ai subi pas mal de moqueries (qui n’en a jamais connu?) concernant mes poils, le fait que je n’avais pas de poitrine, mes tâches de rousseur, etc. Alors forcément, quand j’ai vu mon poids sur la balance et mon reflet dans le miroir, c’est un peu remonté, et je suis devenue méfiante des réflexions des autres.

Evidemment, nous sommes des adultes maintenant et les moqueries pueriles ont laissé place à des reflexions, des regards, des propos malaisants et déplacés mais toujours assez discret pour que ça fasse mal sans qu’on puisse riposter. Exemple…

J’ai une amie que je n’avais plus croisé depuis plusieurs années et que je rencontre par hasard. Dans les 5 premières minutes de notre discussion, elle m’a dit « Wah en tout cas tu as les joues du bonheur, c’est les kilos de l’amour ça ahah » Ah..Ah…mmh.

Autre exemple, quand j’ai croisé des amis de mon ancien copain qui m’ont dans la minute annoncé que « olala t’as l’air suuuper en forme hein » avec les gestes qui vont avec et qui illustrent parfaitement qu’on ne parle pas de mon énergie mais bien de mes formes.

Alors tu vois, autant je n’ai eut aucune moquerie, aucune discrimination ou autre insulte direct. Mais toutes ces reflecions, tous ces regards demes amis même proches, de ma famille, cette évidence de ma différence était devenue evidente.

Et j’ai compris que ce changement ne plaisait pas car on en parlait pas. Dire à une femme qu’elle a perdu du poids, on le dit. Mais l’inverse doit être tu à tout prix ! T’as déjà entendu « oooh t’as pris du poids tu es sublime !  » ? Moi, non. Par contre l’inverse, je l’ai entendu des milliers de fois. Surtout entre filles. On est dans une compétition perpétuelle et donc on jalouse et on exprime quand ça va. Mais quand ça ne va pas, on jubile intérieurement de l’échec de l’autre et on se sent bien. La femme est aussi cruel qu’un enfant, tenez vous le pour dit.

Mon corps et moi

Ca faisait quelques années que mon corps et moi on vivait en très bonne harmonie. J’aimais mes minis boobs, je m’en foutais royal de mes poils et ma silhouette me convenait tout à fait.

Je crois que le regard des autres m’a vraiment heurté et qu’il m’a fait complexer plus que de mesure. Pour la petite info, je vis au travers du regard des autres. Je cherche approbation et amour de chaque personne qui m’entoure. Je ne supporte pas les conflits et qu’on puisse ne pas m’aimer.

Pour moi, l’apparence, le physique dans son ensemble, les bijoux, les chaussures, le sac, les tatouages, TOUT raconte qui tu es. Et je ne me reconnais plus dans ce nouveau corps qui ne traduit rien de qui je suis, qui fausse la donne même. Pour moi l’être dans le paraître est une forme de communication importante et au delà même du complexe des bourrelets etc., je ressens surtout une rupture entre qui je suis et qui je montre.

Du coup, je me demande si je fais du sport, si je mange bien, si j’essaye de retrouver mon corps d’avant pour moi ou pour ce que je suis au travers du regard des autres finalement…

J’ai envie de crier que OUI J’AI GROSSI, ET ALORS ?

Car je ne suis pas ce poids sur la balance, ces bourrelets sur le maillot de bain, cette pile de shorts que je donne faute d’y rentrer mes fesses. Et je ne suis pas ce silence gênant quand les yeux de mon voisin remarque ces changements mais n’osent pas m’en parler. Je ne suis pas non plus ces meufs parfaites sur Instagram, et encore moins celle que j’aimerais être et que je ne suis pas.

Trouver l’équilibre…

C’est dur, en 2020, de combattre encore pour le body positive, pour l’acceptation de soi par les autres et par soi même. Je veux dire que nous faisons face à tellement de choses qui mériteraient plus l’attention et les efforts qu’on fournit pour accepter un corps qui soit dit en passant fait tout à fait le job : je marche, je mange, je parle, je bois, je nage, je grimpe, je vis.

C’est comme si je vivais un double combat aujourd’hui : redevenir cette meuf qu’on enviait par ses petites courbes, et accepter celles que j’aborde aujourd’hui. M’accepter et vouloir changer.

Tu fais comment, toi, avec ton rapport au corps ?


Lache ton com, wesh.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s