Lettre à mon anxiété

Ceci est un article avec du texte. Pas de jolies photos retouchées, pas de mode ou de bon plan, juste un besoin d’adresser ce message, et pourquoi pas de te montrer que tu n’es pas seul à côtoyer l’anxiété.

Chère anxiété,

Toi et moi, ça fait un bail non ? Je me souviens encore des jours où on ne se connaissait pas encore. J’étais une enfant, je ne te connaissais pas et toi non plus. Pourquoi nous serions nous connu alors ? Je n’étais pas intéressante pour toi à cette époque.

Mais à l’adolescence, j’étais vulnérable, fragile, et tu es apparue. Discrètement au départ, tu étais là mes veilles d’examens, quand les copines me faisaient la gueule, quand j’avais oublié un devoir, et puis tu as été là au petit déjeuner, dans le bus, à la récré de 10h, à la cantine le midi et tout le reste du temps. Que je le veuille ou non, nous sommes devenues inséparables. Presque une seule et même personne.

Je sais que tu sais tout ça déjà, je ne vais pas te raconter ma vie, tu la dirige depuis quelques années maintenant. Oh, sache tout de même que j’ai apprécié ton congé longue durée entre mes 20 et mes 24 ans, c’était chouette. J’ai rencontré la liberté, on a kiffé ensemble, et j’ai flirté avec la fête, eut une histoire d’amour folle et passionnelle avec l’insouciance, et j’ai profité pleinement de la vie.

Mais depuis quelques mois, tu es de retour. Tu as su que je déménageais ? Que je ne trouvais pas de boulot ? Que j’avais mal au ventre ? Je ne te manquais pas tant que ça ? Tu ne me manquais pas toi.

Ce n’est pas que je ne t’aime pas, tu m’as apporté aussi. Grâce à toi, je suis plus réfléchie, plus attentive, je fais attention et je suis plus en éveil.
Grâce à toi, je prends plus et plus vite conscience des choses, je prévois beaucoup, je rêve plus. Cette bulle que tu m’as forcé à créer m’a permis d’être plus créative, de me connaitre et de voir le monde qui m’entoure comme un spectateur admire une toile dans un musée. D’un oeil bienfaisant et attentif, je vois le monde qui m’entoure, je le regarde avec attention, envie, curiosité.
Grâce à toi, je réfléchis plus, je pèse le pour et le contre, et je suis un éclair. Tel un orage, je récolte de l’eau, je forme les nuages, jusqu’à former une masse magnifique, pleine de courbes et de couleurs, et je frappe. Je réfléchis, je pense à toutes les options, je me tâte, j’hésite, et d’un coup je me décide. Je ne regrette aucune des décisions de ma vie. Je ne regrette rien. Même pas toi.

Mais tu sais, il faut que tu arrêtes de vouloir prendre les devants dans me vie. Tu ne peux pas me forcer à m’empêcher de vivre les choses. Tu ne peux pas faire en sorte que je n’ose pas et que je ne vive pas quelque chose. Tu dois être là pour moi, pas contre moi ! Tu ne peux pas continuer à me faire du mal comme ça… Avoir mal au ventre tout le temps, ça m’empêche de vivre, et ça t’empêche aussi de vivre tu sais !

Alors, faisons un deal. Restons ensemble, on fonctionne bien toi et moi, mais trouvons un moyen de cohabiter toi et moi. Sois là pour m’aider, m’épauler, m’accompagner et je serais là pour te demander ton avis, réfléchir avec toi aux décisions à prendre, aux choses à vivre et on le fera ensemble. J’aimerais te présenter l’excitation, l’adrénaline, et la passion. Tu t’entendrais bien avec eux, ils sont tout aussi intense que toi et ensemble, on ferait de grandes choses.

Tu y réfléchiras, hein ?

Solène.

2 réflexions sur “Lettre à mon anxiété

Lache ton com, wesh.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s